Friends Of Pain

Les Warriors Of Darkness renaissent de leurs cendres, plus fort, plus soudés que jamais. FoP est une Team MH3U et MH4.
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 I was born for your happiness

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Ven 23 Mai - 20:49

Jerry de toi
+ La vision d'un second personnage ne va pas tarder à entrer dans la fiction !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Helijho
Membre
avatar

Messages : 409
Date d'inscription : 04/04/2013
Age : 21
Localisation : Paradis de la mort

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Ven 23 Mai - 21:17

Ah j'attends!

_________________
Si vous me voyez dans la rue dites moi bonjour ça vous évitera de mourir brutalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Ven 23 Mai - 21:51

Quand tu auras lu le chapitre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Blaze
Admin
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 10/06/2013
Age : 21
Localisation : Mystère.

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Sam 24 Mai - 6:28

              

    

    

    

    

    





  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Sam 24 Mai - 7:43

Blaise, très émotif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Adci
Admin
avatar

Messages : 293
Date d'inscription : 01/04/2013
Age : 18
Localisation : In my life ~

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Sam 24 Mai - 8:28

Dat trento-smiley.
Kick ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Sam 24 Mai - 18:01

Mais non
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Helijho
Membre
avatar

Messages : 409
Date d'inscription : 04/04/2013
Age : 21
Localisation : Paradis de la mort

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Sam 24 Mai - 21:52

Mais si

_________________
Si vous me voyez dans la rue dites moi bonjour ça vous évitera de mourir brutalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Sam 24 Mai - 21:58

Je poste la suite ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Helijho
Membre
avatar

Messages : 409
Date d'inscription : 04/04/2013
Age : 21
Localisation : Paradis de la mort

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Dim 25 Mai - 11:53

T'as osé tuer Iruka jte hais
Sinon Tsunade est vraiment mauvaise quand même pour se faire battre

_________________
Si vous me voyez dans la rue dites moi bonjour ça vous évitera de mourir brutalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Dim 25 Mai - 17:38

Pas tellement, en fait. Elle s'est faite empoissonnée.


I was born for your happiness
Souvenirs



Chapitre 8 : La vie continue…


- Iruka ! hurlé-je de terreur en me penchant sur lui.

Je retourne mon professeur sur le dos. Il est couvert des armes du jeune homme et celles-ci atteignent plusieurs points vitaux.

- Qu'est ce que je peux faire ? sangloté-je paniquée.

Iruka prend quelques faibles respirations avant de me répondre d'un souffle :

- Protège Tsunade de ce type…

Il laisse échapper une faible plainte avant de cracher une bonne dose de sang.
Mon regard croise celui de l'homme aux yeux vert pâle. Je grimace.

- Je vais te tuer, déclaré-je le plus calmement possible en tentant de ne pas faire éclater ma rage.

Mais l'idée de perdre une autre personne qui m'est chère me fait perdre le contrôle de moi-même. Ma colère explose simultanément qu'un éclair qui traverse la fenêtre et frappe à quelques centimètres du jeune homme. Un énorme nuage de pluie recouvre le ciel étoilé. Les carreaux éclatent en plusieurs morceaux de verre et un vent puissant balaye feuilles, livres et encyclopédies. Même le lourd bureau de Tsunade se déplace de quelques centimètres dans un bruit sourd. Les nuages commencent à former des cercles dans lesquels jaillissent des filaments de foudre qui éclairent la pièce de plusieurs vives lumières incessantes.
Prit de panique, le jeune homme se précipite à la fenêtre pour s'échapper. Je m'élance à sa poursuite étant folle de rage de savoir que ce type est en train de prendre ses jambes à son cou sans avoir le châtiment que je lui réserve, mais la voix d'Iruka interrompt mon geste. Je me retourne vers lui. Il est là, allongé dans une marre de sang… de son sang… Mon coeur fait un bon à l'intérieur ma poitrine en le voyant dans cet état. Des larmes coulent le long de mes joues.

- Tu pleurs ? s'étonne Iruka.
- Oui …
- C'est bien, souffle-t-il. Ça… ça veut dire que tu n'es pas stupide.
- Que puis-je faire pour vous rendre utile ?
- Te rendre utile… pour moi ?
- Oui, répondis-je avec peine.
- Rien, mais… je veux que tu deviennes forte… et… que tu serves…
- Je servirai Konoha comme vous l'avez si bien servi, promets-je.
- Ce n'est pas … Kono… Konoha que j'ai servi … j'ai servi ce qui me semble juste et bon …
- Je suivrai vos pas, Iruka-sensei, assuré-je en toute évidence.
- C'est bien… et une dernière chose, articule-t-il difficilement.

Il plonge son regard dans le mien, puis trouve la force d'esquisser un sourire.

- Le bonheur… c'est ma … c'est ma technique … du sourire permanent, lâche-t-il dans un dernier soupire.
- Iruka…

Mais cette fois-ci, il ne me répond pas… son regard est figé et son corps est inerte, mais il a toujours ce sourire sur les lèvres. Ma vue perd en netteté, quant à mon coeur, il se broie sous mes larmes.
Iruka
À bout de force et de moral, m'effondre de fatigue sur la dépouille de mon professeur.

- Vous m'avez tant appris, murmuré-je en espérant qu'il m'entende.

Tsunade est sûrement toujours inconsciente, mais je n'ai pas la force de vérifier, mes paupières sont trop lourdes et mes yeux me piquent affreusement.

Quatre morts…

Incapable de me tenir éveillée plus longtemps, je m'endors au milieu de sang et de larmes.


Une douleur très désagréable provenant de mes côtes me tire de mon sommeil. Je gémis. Je n'ai jamais ressenti une douleur physique aussi forte depuis longtemps.
Je suis alitée dans l'hôpital. Il fait déjà jour et le ciel est brouillé cependant, je ne parviens pas à déterminer si nous sommes le matin ou l'après-midi. Mes pensées se plongent dans les événements de la veille.

- Tu as reçu de nombreuses visites, me surprend une voix familière.

Je dirige mon regard vers la personne qui me parlait. Il s'agit de Kakashi.

- C'est moi qui t'ai trouvé assoupie sur Iruka. Je t'ai amené ici d'urgence, puis je me suis occupé de Tsunade qui n'a juste été droguée.
- Elle va bien, soufflé-je soulagée.
- Oui et grâce à toi.
- Et à Iruka.
- Oui…
- Et c'est grâce à lui que je suis toujours en vie, dis-je d'une voix étranglée.

« Et c'est à cause de moi qu'il est n'est plus. »

- Ne te dis pas qu'il est mort par ta faute, ajoute Kakashi comme s'il a lu dans mes pensées. Sans ton intervention, il aurait été tué plus tôt avec Tsunade.
- L'un des hommes m'a échappé.
- Je sais, et nous ne l'avons pas retrouvé, déclare Kakashi. Mais nous pensons que son groupe est au service d'Orochimaru.
- Orochimaru, pensé-je à voix haute. Sasuke est sa nouvelle recrue ?
- Mmh ? Euh… je suppose. Pourquoi cette question ? s'enquiert-il.
- Ils ont dit que je lui ressemble, enfin… celui qui m'a échappé trouve que j'ai des airs de ressemblance, surtout au niveau du regard.

Kakashi ne répond pas. Il se limite à me dévisager durant de longues secondes.
J'hésite à lire dans ses pensées.

- Tsunade-sama… je peux la voir ? questionné-je finalement.
- Je pense… je vais la chercher, ne bouge pas.
- Ça ne risque pas, avoué-je en grimaçant de douleur.

Me voilà donc seule… j'en profite pour rassembler des idées à propos de Sasuke. Je sais qu'il est vivant, mais j'ignore pour combien de temps et la façon dont il évolue auprès d'Orochimaru si j'aurai un jour à l'affronter.
Durant plusieurs minutes, je m'efforce de ne pas accorder une seule pensée à Iruka.
Tsunade entre dans ma chambre.

- Tsunade-sama… Je… je suis désolée, je n'ai pas obéi à Iruka …

Elle secoue vivement sa tête de gauche à droite signe de désaccord.

- Ne t'excuse pas, tu as fait ce que tu pensais faire de bien.
- Oui, mais Iruka …
- Si tu es encore en vie, c'est que tu t'es bien débrouillée.
- Moi je n'ai rien fait, c'est Iruka qui m'a couvert, déclaré-je tristement. Et maintenant, il est …
- Je ne serai plus là si tu n'avais rien fait, me coupe-t-elle. Je te dois une fière chandelle.

Je rougis, à la fois gênée et honorée.

- Quand auront lieu les funérailles de Choji et d'Iruka ? finis-je par demander.
- Pour Choji, ça sera dimanche prochain, et pour Iruka, le suivant.
- Et quand serai-je debout ?
- D'ici quelques jours, affirme-t-elle. Mais si j'y mets du mien, ce soir ça serait bon.
- J'aimerai me rendre à la bibliothèque.
- Pour quoi faire ? s'étonne Tsunade.

Plusieurs secondes s'écoulent.

- Pour m'instruire afin de m'améliorer, répondis-je d'un ton nostalgique.

Je reste un long moment silencieuse, repensant à mes souvenirs. Avant de me perdre parmi eux, je prends des nouvelles de Naruto.

- Il est dans le même état.
- Et Sakura ? L'avez-vous revue ?
- Oui, elle m'a demandé d'être ma disciple, dit Tsunade. Seulement, je compte te prendre sous mon aile.
- Je suis soulagée qu'elle aille bien, répondis-je.
- Pourquoi voudrais-tu qu'elle soit mal ?
- Avant que Sasuke ne parte, elle a menacé de se suicider …
- Et qu'as-tu fait ?
- Je lui ai dit qu'en tant que ninja, elle n'a pas le droit de perdre son sang-froid.
- C'est bien, me félicite l'Hokage.
- J'aimerai vous demander quelque chose, Tsunade-sama.
- Je t'écoute.
- J'apprécierai vraiment que fassiez de Sakura et moi vos élèves.

Elle réfléchit durant une dizaine de secondes en me dévisageant.
Elle accepte finalement.

- Cependant, je ne vous ferai de cadeau à aucune de vous deux, ajoute la femme.
- Ça me convient.
- Je vais te remettre debout, décide l'Hokage.
- Merci, soufflé-je.
- Observe ce que je fais, m'ordonne-t-elle.

Tsunade place ses mains au-dessus de mes côtes. Du chakra vert commence à les envelopper peu à peu. Je sens un mouvement interne, ce sont mes os qui se remettent en place. C'est douloureux, mais ça ne dure pas longtemps.

- Il faut y aller avec une grande précision parce que tu risques de toucher un organe, explique-t-elle.
- Je vois… c'est délicat, haleté-je.
- Oui, très.
- Je peux marcher à présent ?
- Repose-toi d'abord.
- Bien.

Satisfaite, Tsunade quitte ma chambre d'un pas décidé. Avant de fermer la porte, elle me décoche un sourire charmeur, puis s'en va.
Le bonheur, hein…
Je sens une larme couler le long de ma joue. Quelques gouttes de pluie commencent à se heurter à la vitre.
Il faut vraiment que j'arrive à contrôler ce phénomène …
Mais rien y fait, je pleurs, je pleurs encore et encore la mort d'Iruka, je pleurs celle de Choji, celle du quatrième Hokage, celle de ma famille, celle de Naruto qui reste auprès de lui. Je tente de me ressaisir, en vain, je suis noyée par mes larmes et mes souvenirs.
Mes sanglots entraînent une averse qui dure plusieurs minutes. Je ne réussis à sommeiller lorsque j'ai épuisé toute l'eau de mon corps.

Une main se pose sur mon épaule. Je me réveille. J'aperçois Sakura.

- Ah, salut, soufflé-je.
- Bonjour Seiko. J'ai hésité à te réveiller, mais il faut que tu manges, dit-elle.
- Oui, tu as raison …

Mon amie tient une petite assiette dans laquelle est découpée une pomme en plusieurs quartiers.

- Tsunade-sama m'a dit que tu lui as demandé que nous soyons formées ensemble, entame-t-elle.
- C'est vrai, déclaré-je en m'emparant du plat. Ça ne te pose pas de problème ?
- Non, bien au contraire, ça me rend heureuse.
- Tant mieux, souris-je en portant un morceau de fruit à ma bouche. Nous irons chercher Sasuke ensemble si tu m'acceptes.

Ses yeux se mettent à briller de plaisir.

- Merci Seiko-san.
- Je t'en pris.

Tsunade entre dans ma chambre.

- Seiko, Sakura. Vous commencerez votre formation dès lundi, engage-t-elle. Seiko, j'ai discuté avec les Junnins et j'ai décidé de t'épargner exceptionnellement les examens de Genins pour que tu suives un bon entraînement. Ton équipe de base est composée de Tenten, Neji et Rock Lee dirigée par le professeur Gai, mais il est possible que tu te retrouves avec des camarades différents lors de diverses missions.
- Merci.
- Je pense que tu es en état de te marcher, à présent, ajoute l'Hokage.
- Très bien.
- Je vous donne rendez-vous à 7 heures dans mon bureau.
- Entendu, répond Sakura.

Je me lève prudemment, posant mes pieds nus sur le carrelage froid. Un frisson parcourt le long de mon échine. Je m'étire puis bâille pleinement. Puisque la présence est féminine, je me permets de retirer le vêtement qui m'a été attribué durant mon séjour dans l'hôpital et me vêtir de mes habits. Mon katana est la seule chose qui me reste d'Iruka, c'est lui-même qui me l'a offert. Je le place aux creux de mes mains et l'observe longuement. Mon défunt professeur disait ne pas servir Konoha, mais servir le bien.

- Tu as besoin d'aide pour marcher ? se propose Sakura.
- Non ça va aller, j'ai surtout soif.

Tsunade me tend un verre d'eau fraîche. Sans chercher à comprendre d'où il vient, je m'en empare et le bois d'une traite.

- Eh bien, soupire Sakura.
- Je vais à la bibliothèque, annoncé-je.
- Si tu veux, répond Tsunade.
- Je t'accompagne, décide Sakura. J'ai aussi quelques lectures à faire.
- Allons-y, dans ce cas.

Tsunade nous accompagne jusqu'à la sortie de l'établissement. Je la remercie encore pour ses soins et son arrangement avant de partir.

- Quelle heure est-il ? m'informé-je sur la route.
- 16 heures 30.

Le ciel est d'un bleu azur, certains nuages couvrent un peu le soleil, mais ils sont trop fins pour empêcher ses rayons de passer au travers.

- Je passe chez moi déposer mon katana, informé-je mon amie. On se rejoint là-bas.

Elle accepte. Nous partons chacune de notre côté. Je me dépose mon arme précieuse sur mon lit et file vers la bibliothèque. Une fois arriver, j'y trouve Sakura lisant un livre de médecine.

- Tu t'y mets déjà, taquiné-je.
- Oui, je tiens à ne plus être un fardeau, répond-t-elle avec sérieux.
- Je te laisse te concentrer, dans ce cas. Je compte rester un bon bout de temps ici.
- Moi aussi.

Je survole les ouvrages de sciences. J'y trouve un registre qui m'intéresse : Temps, climat et intempéries.
Je le retire de l'étagère. Un autre livre attire mon attention : Le comportement animal, tout un langage. Je le cale sous mon épaule. Un troisième parle la végétation. Je ne réussis pas à m'empêcher de le prendre.
Avec cela, j'ai de quoi m'occuper toute une soirée.
Je dépose le tout sur la table en face de Sakura qui étudie chaque page de son manuel avec détermination.
Je commence à lire le premier que j'ai choisi.
Durant de longues bonnes minutes, j'acquis de nombreuses connaissances supplémentaires au sujet la formation des nuages, du phénomène du tonnerre et de l'éclair, des vents d'échelles de dangerosité différentes et des déchaînements des océans. Je réfléchis durant quelque temps de ce que je pourrais faire avec tout cela et comment parvenir à le contrôler.
Je mets quelques idées de côté et entame le livre sur les animaux.
Cette fois-ci, c'est beaucoup plus long, mais plus simple à comprendre, il y a tellement de choses à savoir … Je reste une éternité sur cet ouvrage qui me paraît interminable, mais passionnant. J'ai déjà remarqué que chez les oiseaux, il y a un sifflement différent pour une situation différente, mais de savoir qu'il y en a une multitude … L'animal communique avec un bruit, un regard, une position spéciale du corps. Ça n'est pas très évident de se repérer dans tout ce langage si différent du nôtre, mais si je veux me spécialiser dans ce domaine, je dois savoir communiquer, ne serait-ce qu'interprété les paroles des animaux. Tous ces petits êtres peuvent nous servir grandement dans les missions.
Enfin, je termine par le bouquin sur les plantes, très complet, certes, mais trop complexe pour moi. Je pense laisser ceci de côté.
Satisfaite de mes nouvelles connaissances, je replace les livres à leurs endroits initiaux. Cependant…
Je me dirige vers la bibliothécaire et lui propose de me vendre les deux livres que j'ai lu juste avant. Nous négocions jusqu'à tomber d'accord l'une de l'autre. Je retourne ensuite vers Sakura.

- J'y vais, annoncé-je. À plus.
- Hein ? Euh … Attends-moi, j'ai fini moi aussi.
- Si tu veux.

Il est 20 heures 45 … nous sommes restées ici pendant plus de quatre heures. Nous partons peu de temps après. Sakura et moi marchons silencieusement, repensant à ce que nous venons d'apprendre. N'avais-je d'ailleurs pas prévu de changer de vêtements ? Lorsque nos chemins se séparent, nous nous disons au revoir, puis continuons chacun de notre côté. J'imagine le style d'habit que je peux porter. Moulant ou large ? Je réfléchis longtemps sur ce sujet. Au final, je réussis à me faire une petite idée.
J'ai le choix entre le commander à un tailleur au risque de ne pas obtenir ce que je veux, le tisser moi-même, mais c'est un peu compliqué et d'acheter ou modifier des vêtements. J'opte pour la première option.
Après avoir terminé mon dîner, je me couche en repensant à Iruka. Je change tout de suite de pensée, me forçant à fermer les yeux, en vain. J'ai dû dormir trop longtemps à l'hôpital.

Je me lève donc. Qu'est ce que je peux faire ?
Un carnet de dessin est posé sur ma table de chevet. J'allume la lampe de ma chambre, prends un crayon et une gomme et commence à dessiner les formes du corps d'une femme de face, des deux profils et de dos.
Je trace ensuite au crayon fin sur une autre feuille mes habits désirés.
J'effectue plusieurs croquis durant plus de trois heures.

Lorsque j'étais petite, mon rêve était de devenir soit une très grande kunoichi, soit de devenir une styliste réputée internationalement. Mais cette ambition s'est rapidement éteinte suite à la mort de ma famille adoptive. Ma mère était elle-même styliste, c'est elle qui m'a appris les bases.

Finalement, je réussis à représenter ce que je souhaite : une sorte de bas de manteau en cuir noir accroché à ma taille, un simple pantalon gris très foncé en lin, une veste noire moulante sans-manche pour le bras droit et une manche longue s'arrêtant au coude et couvrant le reste de mon avant-bras et cachant ma main gauche telle de longs pétales de coquelicot.

Sentant que mes paupières deviennent de plus en plus lourdes et me surprenant à bayer aux corneilles toutes les cinq secondes, je décide de m'arrêter ici et de donner mes représentations au tailleur dès mon réveil. Je m'endors juste après avoir posé ma tête sur mon oreiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Helijho
Membre
avatar

Messages : 409
Date d'inscription : 04/04/2013
Age : 21
Localisation : Paradis de la mort

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Dim 25 Mai - 18:33

Ce chapitre est encore plus long ><

_________________
Si vous me voyez dans la rue dites moi bonjour ça vous évitera de mourir brutalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Dim 25 Mai - 20:15

Je ne trouve pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Helijho
Membre
avatar

Messages : 409
Date d'inscription : 04/04/2013
Age : 21
Localisation : Paradis de la mort

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Lun 26 Mai - 19:03

Ok je l'ai lu

_________________
Si vous me voyez dans la rue dites moi bonjour ça vous évitera de mourir brutalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Lun 26 Mai - 20:27

Pause chez Seiko, on passe à un autre personnage

I was born for your happiness
Souvenirs



Prologue


Cela va bientôt faire des mois que j'organise l'arrivée du jeune Uchiwa, bientôt des mois que j'attends avec impatience mon nouveau corps et bientôt des mois que mes bras me font atrocement souffrir. Sarutobi… ce vieux singe… il ne me rendra jamais mes membres… Je suis maintenant contraint de suivre l'horrible traitement de mon subordonné. Je reste là, alité, supportant un handicap terrible et à ruminer mon sort. J'étouffe quelques jurons lorsque la douleur de la malédiction infligée par le Troisième Hokage s'intensifie.

- Kabuto ! hurlé-je dans une voix étouffée par le martyr.

Mon jeune complice fait interruption dans ma chambre la seconde qui suit, à croire qu'il reste clouer devant ma porte.

- Que puis-je faire pour vous Orochimaru-sama ?
- Je veux que tu rassembles le groupe du son Kidomaru, Jirobo, Tayuya et Sakon pour aller chercher Sasuke Uchiwa et le ramener jusqu'ici, ordonné-je en haletant. Qu'ils partent au plus tard demain matin et qu'ils reviennent après-demain avec l'Uchiwa. Je ne veux pas qu'ils emploient toute leur puissance contre lui, mais qu'ils ne perdent pas de temps, je ne supporte plus cette douleur…

Kabuto remonte ses lunettes rondes du bout des doigts avant de protester :

- Est-ce vraiment sage de se lancer si soudainement ?
- Je sais très bien ce que je fais, craché-je avec mécontentement. Contente-toi d'exécuter cet ordre.

L'homme à la chevelure grisâtre quitte la pièce sans dire un mot en prenant soin de fermer la porte derrière lui. Mon état de santé s'est beaucoup affaibli depuis mon combat contre Sarutobi, je crains avoir affaire à de nombreuses trahisons dans le futur… Pour tuer le temps et pour oublier la douleur, je me remémore les événements anciens, comptant chaque déloyauté que j'ai subit. La première date d'il y a près de quinze ans par mon élève Anko Mitarashi. Elle n'a pas beaucoup évoluée depuis notre dernier combat.
Quel dommage…
La dernière est celle du Clan Fuuma, insignifiante. Mais quelle sera la prochaine ? Il est évident que je n'ai pas tout vu et que je dois me préparer au pire. Kabuto ? C'est un homme intelligent qui est au courant qu'il n'a pas la moindre chance contre moi dans un face-à-face, cependant, il ne faut pas que je baisse ma garde avec lui bien qu'il semble être très attaché à moi.
L'odeur de ma sueur enveloppe peu à peu ma chambre et devient insupportable. Ne voulant pas appeler Kabuto, non pas parce que je ne souhaite pas le déranger mais par refus de dépendance, je puise dans le peu de force qu'il me reste pour ouvrir une des rares fenêtres du repère afin adhérer la pièce sans faire le moindre mouvement. Le vent de l'extérieur rafraîchit désagréablement mon corps submergé par la transpiration. Mes vêtements et mes cheveux trempés sont plaqués contre ma peau.
Je décide de me lever pour aller me laver malgré ma grande faiblesse. Arrivé dans les douches, je retire lentement mes vêtements. Au moindre contact du tissu, mes bras me font terriblement souffrir. Je réussis finalement à tout retirer. Je laisse couler l'eau tiède sur ma peau blanche et sur mes bras fragiles. Malheureusement, le bruit de la douche ne parvient pas à couvrir un hurlement de douleur lorsque la peau de mes bras tombe en lambeau de chair putréfiée. La silhouette de Kabuto se dessine quelques courts instants plus tard à travers le rideau de la douche.

- Que se passe-t-il ? s'enquiert-il une main sur sa hanche.
- Mes bras me font souffrir, sifflé-je entre mes dents.
- Je sais, répond-il d'un ton blasé.
- Je te trouve bien familier, Kabuto.
- Pardonnez-moi, s'excuse le jeune homme. Mais je vous trouve assez distant avec moi.

Il est vrai qu'avec le recul, Kabuto possède un niveau d'intelligence presqu'aussi élevé que le mien et que s'il ne peut pas me vaincre par la force, il le fera avec la ruse. C'est pour cette raison même que je me méfie de lui, surtout en ces moments si sombres. Je choisis de ne pas répondre à sa remarque.

- Si le groupe tarde trop, je serai dans l'obligation de me trouver un autre corps, commenté-je.
- Comme il vous plaira, dit Kabuto. Je vous laisse, j'ai des expériences à tester. Appelez-moi lorsque vous aurez besoin de remettre les bandages.
- Bien, fis-je d'une voix satisfaite.

J'espère seulement qu'il ne tentera rien de désavantageux pour moi.
Je reste de longues minutes sous l'eau afin de retirer toutes mauvaises odeurs sur mon corps et pour songer à mes futurs projets tranquillement en oubliant la douleur. Une fois que je juge que c'en est assez, je sors de la douche, m'habille d'un kimono et quitte la salle de bain pour me diriger vers ma chambre. Je laisse mes bras respirer durant quelques heures avant de convoquer Kabuto afin qu'il me place les bandages. Avant de sortir de ma chambre, le jeune homme me tend un ver de sirop qu'il a composé lui-même et le porte à mes lèvres.

- Buvez, suggère-t-il. Ça soulagera votre douleur pour la nuit.
- Est-ce du poison ? douté-je en détournant vivement ma tête.
- Me soupçonnez-vous ? rétorque Kabuto d'un ton offusqué. Si je devais vous trahir, je l'aurai fait depuis bien longtemps.

Je fixe mon subordonné durant quelques secondes avant d'accepter son breuvage écœurant. Il place ensuite une assiette de soupe de légumes. Il m'explique qu'il vaut mieux que je récupère des forces avant de m'emparer du corps de Sasuke, tout en approchant d'une main prudente une cuillère remplie de soupe à ma bouche.

- Vivement que ce cirque prenne fin, chuchoté-je honteusement avant d'avaler la cuillerée.

Le fait de ne pas être capable de me nourrir par mes propres moyens me plonge dans une gêne extrêmement inconfortable, mais je continue de manger en silence.
Kabuto me donne mes médicaments une fois mon assiette finie puis quitte la chambre. Je n'ai aucune idée de l'heure qu'il est, mais sentant que mes paupières deviennent soudainement lourdes, je déduis qu'il est assez tard. Je me résous à m'endormir de si tôt.

Deux journées s'écoulent et Sasuke n'est toujours pas arrivé. Je suis obligé de prendre un autre corps sur-le-champs. Je me dirige dans la salle où sont enfermés de nombreux prisonniers de divers villages accompagné de Kabuto. Après avoir ouvert toutes les cellules, j'ordonne d'une voix forte :

- Entretuez-vous jusqu'au dernier !

J'observe la scène sanglante d'un regard satisfait avant de repartir sous les hurlements de souffrance et de terreur des combattants, Kabuto toujours à mes côtés.
Je suis conscient que si je prends possession d'un corps maintenant, je ne serai dans l'incapacité de pouvoir utiliser la technique nécessaire avant trois ans. J'en profiterai pour enseigner à Sasuke des techniques puissantes, en espérant que l'opération se déroule sans plus d'encombre…

Je reviens quelques heures plus tard, alerté par l'absence de bruit dans les cellules. J'aperçois au loin avec contentement un jeune homme aux cheveux pâles qui se déplace avec incertitude entre les cadavres de ses assaillants. Décidé d'en faire mon réceptacle ici-même, je me place face à lui en le considérant avec intérêt.
J'ignore en tout point combien de temps son corps daignera-t-il mon âme, mais il est le plus prometteur de tous les autres prisonniers. Je m'avance lentement.

- Encore un ? Dépêchons, je n'ai pas que cela à faire ! déclare-t-il d'une voix agacée.

Amusé par son comportement, je sors de l'ombre qui retenait mon visage caché. Visiblement surpris de me voir en face de lui, il a l'air de regretter les dernières paroles qu'il vient d'énoncer. Je lui assure que mon but n'est pas de le tuer sans pour autant évoquer la raison du combat qu'il venait d'endurer. Avant d'utiliser ma technique, je lui fais me faire tenir une promesse.

- J'aimerai que mon Clan soit remis en liberté, souffle-t-il.
- Il le sera.

Sans attendre sa réponse, je transfère mon âme dans son corps, admirant le dernier regard terrifié de ma proie. Épanoui, je retourne dans mes appartements en attendant patiemment l'arrivée du jeune Uchiwa.

__________________
J'ai peut-être pris un gros morceau en choisissant d'incarner Orochimaru, un personnage particulièrement complexe et complètement différent de ma personnalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Helijho
Membre
avatar

Messages : 409
Date d'inscription : 04/04/2013
Age : 21
Localisation : Paradis de la mort

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Mer 28 Mai - 21:34

" et complètement différent de ma personnalité. "
Pas totalement non plus

_________________
Si vous me voyez dans la rue dites moi bonjour ça vous évitera de mourir brutalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Mer 28 Mai - 21:36

Qu'entends-tu par là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Helijho
Membre
avatar

Messages : 409
Date d'inscription : 04/04/2013
Age : 21
Localisation : Paradis de la mort

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Mer 28 Mai - 21:43

Tu lui ressembles

_________________
Si vous me voyez dans la rue dites moi bonjour ça vous évitera de mourir brutalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Mer 28 Mai - 21:44

Comment je dois le prendre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Helijho
Membre
avatar

Messages : 409
Date d'inscription : 04/04/2013
Age : 21
Localisation : Paradis de la mort

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Jeu 29 Mai - 11:19

Libre à toi de le décider Wink

_________________
Si vous me voyez dans la rue dites moi bonjour ça vous évitera de mourir brutalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Jeu 29 Mai - 15:18

J'ai quoi en commun ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Helijho
Membre
avatar

Messages : 409
Date d'inscription : 04/04/2013
Age : 21
Localisation : Paradis de la mort

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Jeu 29 Mai - 18:22

Tu as....































































Une longue langue!

_________________
Si vous me voyez dans la rue dites moi bonjour ça vous évitera de mourir brutalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Jeu 29 Mai - 18:31

wtf Pourquoi tu dis ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Sam 31 Mai - 9:13

Retour à Seiko.

I was born for your happiness
Souvenirs



Chapitre 9 : Aube


Il est midi lorsque j'ouvre les yeux après une bonne nuit de sommeil. Mon regard se fige sur mon dessin. Je le considère durant quelques secondes avant de me lever, de m'habiller et de partir présenter mes projets au tailleur.

Lorsque j'arrive au magasin, je le vois assis derrière le comptoir attendant des clients.

- Bonjour monsieur, salué-je en m'avançant vers lui.
- Bonjour, répondit-il. Que puis-je faire pour vous ?
- Pourriez-vous me faire ceci dans les plus brefs délai ? demandé-je en lui présentant mes dessins.
- Bien sûr, admit le tailleur d'un oeil critique. C'est pour vous ?
- Oui.
- Je vais devoir prendre vos mesures.
- Très bien.
- Ema, appelle-t-il. Une cliente pour toi.
- J'arrive, fait une voix derrière.
- Prends-lui ses mesures.
- Oui. Mademoiselle, si vous voulez bien me suivre ?

Je la suis à l'intérieur du magasin, isolée aux yeux de l'extérieur.

- Déshabillez-vous et gardez les sous-vêtements, dit-elle en s'emparant d'un mètre ruban.

Je m'exécute. Elle s'approche de moi avec l'outil et une feuille dans les mains.

- Si vous permettez, souffle-t-elle en entourant le mètre ruban autour de ma taille.

Alors qu'elle passe dans mon dos pour regarder la mesure, elle se fige. Ne comprenant pas sa réaction, je lui demande ce qu'il se passe.

- Seiko ? murmure-t-elle hésitante.
- Euh… oui ?
- J'ai travaillé avec ta mère il y a quelques années, dit-elle. Elle t'emmenait de temps en temps ici.
- Comment m'avez-vous reconnue ?
- Tu as les mêmes tâches de naissance quand tu étais petite sur les épaules. , argumente-t-elle en souriant. Tu ne t'en souviens peut-être pas, c'était il y a si longtemps … Ta mère était une femme extraordinaire, je suis désolée qu'elle ait perdu la vie.
- Hum… je vous en pris, faites ce que vous avez à faire…

Elle reprend son travail en silence, notant chaque centimètre de mon corps.

- J'ai fini, tu peux te rhabiller.
- Merci Ema.

J'enfile mes vêtements alors que la femme sort pour donner les résultats au tailleur.
1 mètre 43… Je suis petite !
Je me dirige vers la sortie du magasin en grognant ma hauteur.

- Pourrai-je vous payer plus tard ? demandé-je.
- Oui, bien entendu, me répond le tailleur. Tu viens le chercher ou je te le fais livrer ?
- Je viendrai le chercher.
- D'ici mercredi, alors.
- Très bien, merci beaucoup.
- C'est normal.
- Au revoir, dis-je en souriant.
- Si tu as besoin d'autres choses, n'hésite pas à revenir, me dit Ema.

Je m'éloigne ensuite en réfléchissant à une solution pour contrôler le climat. Je décide de prendre les livres que j'ai achetés et de sortir du village afin de m'entraîner. Je ne désire pas retourner sur à l'endroit où je m'exerçais avec Iruka, je choisis donc un autre lieu un peu plus éloigné.

J'ouvre le livre parlant du sujet que je souhaite traiter et je me mets à lire les grandes lignes.
Ce phénomène est lié à mes émotions…
Je concentre mon chakra autour de coeur et le fais tournoyer rapidement pour créer un sentiment puissant telle la colère. Je le fais tourner pendant plusieurs secondes. Le ciel s'assombrit instantanément. Je m'arrête, haletant. Si j'en fais trop, je ne sais pas si mon coeur pourra tenir… Je décide d'y aller plus lentement avec plus de douceur. Je prends une profonde inspiration avant de continuer.
Pour l'instant, la colère, la tristesse et la joie sont les sensations qui influencent le plus sur le temps, mais je ne suis pas maître de celles-ci. Il faut que tu parviennes à maîtriser mes émotions, mais ça n'est pas si simple.
Un nuage de pluie de concentré au-dessus du soleil. J'amplifie peu à peu la quantité de chakra autour de mon coeur. Je le sens battre de plus en plus rapidement.
Une fine pluie traverse les airs.
Il y a du progrès, mais j'aimerais que les battements de mon coeur restent réguliers.
Comment faire ?
Je tente de faire le vide dans ma tête, me concentrant que sur mon exercice et ma respiration. À chaque fois j'oublie de respirer calmement … je tente une troisième fois avec du succès : il se met à pleuvoir. Je multiplie la vitesse du chakra. Le tonnerre gronde.
Je m'arrête, émerveillée. Inutile de former un sceau, j'y arrive avec ma simple volonté.
Je recommence une vingtaine de fois sans épuiser la moindre goutte de chakra. Je réussis à former des brouillards et lever des vents. Tout cela grâce au livre.
Comblée, je retourne à Konoha pour m'exercer sur la technique d'Iruka.
Je m'entraîne sur plusieurs personnes et j'aboutis à une pensée claire, nette et précise avec discrétion sur la plupart d'entre elles.
Lorsque je décide de m'arrêter un moment, le soleil est déjà en train de se coucher. La température chute, ses derniers rayons éclairent une partie du visage des villageois restant, quelques étoiles font leur entrée dans la partie est du ciel, une demi-lune se dessine dans la voûte céleste et les chants d'oiseaux accompagnent les derniers cris abîmés des marchands.
Demain commence mon entraînement avec Tsunade et Sakura. Je juge préférable de ne pas passer une mauvaise nuit, mais avec le décalage que j'ai eu en dormant jusqu'à midi … Je décide quand même de rentrer chez moi, histoire de ne pas trop m'ennuyer.
La soirée se déroule normalement en solitude. Avant de me coucher, je règle mon réveil pour 6 heures.

Le lendemain matin, je me dirige d'un pas déterminé vers le bureau de Tsunade. Je sais qu'elle est réputée non seulement pour ses talents de guérison, mais aussi pour sa force magistrale sans oublier son caractère d'acier ; c'est pour ces raisons que je crains que notre formation soit intensive.

Arrivée devant sa table, je la vois dormir à poings fermés. Hésitant à la réveiller, je reste debout, immobile, face à elle. Je regarde ma montre : il n'est pas encore 7 heures 30. J'attends. Finalement, au bout de quelques minutes, je me décide à la réveiller.

- Tsunade-sama ?

Aucune réponse. Je réessaie une seconde fois. Rien à faire, elle dort toujours. Une idée me traverse l'esprit. Je prends l'initiative de lire maladroitement dans ses pensées. Alors que je prépare ma technique, je change d'avis. Son rêve peut être intéressant pour qu'elle puisse dormir aussi profondément. À mes risques et périls, j'entre dans son esprit sans qu'elle le remarque.
Plusieurs images défilent dans ma tête.

Je vois trois adultes assis dans un endroit verdoyant où le soleil brille sans aucun nuage pour le gêner. Je ne reconnais que deux d'entre eux, le visage du troisième m'est inconnu. C'est un homme aux cheveux longs et noirs. Son teint est très pâle et ses traits du visage lui donnent des airs reptiliens. Ses yeux ont les pupilles d'un serpent. Parmi les personnes qui semblent discuter, il y a Tsunade et Jiraya. Je suppose que ce sont les trois Sannins Légendaires et que la dernière personne est Orochimaru. Je les vois parler sans les entendre. Jiraya se lève l'air énervé en effectuant un geste sec de la main et en bougeant les lèvres. Tsunade se place face à Orochimaru à son tour, murmurant des paroles silencieuses, le visage grave. L'homme à la longue chevelure noire regarde le sol tristement. Il prononce un mot. Un seul mot que je parviens à lire sur ses lèvres :

- Désolé

Tsunade et Jiraya s'échangent un regard surpris. Orochimaru relève sa tête et se dresse sur ses jambes. Il est à peine plus grand que la femme, mais son visage, malgré son expression triste, fait de lui un homme physiquement impressionnant.
L'homme-serpent regarde Tsunade droit dans les yeux. Il tend ses bras avec hésitation, les referme autour d'elle et la serre tellement fort contre lui que j'ai l'impression qui va lui briser les os. Mais rien de se produit. Tsunade, sous le choc de cette étreinte, ne sait pas quoi faire de ses mains. Le visage de son ancien coéquipier est enfoui dans son cou. J'aperçois une larme couler le long d'une joue du criminel. Jiraya s'approche du couple et dépose une main amicale sur l'épaule d'Orochimaru qui se sépare lentement de Tsunade. Le vieil homme aux cheveux blancs tend un sourire apaisant à son ancien camarade, prend sa main au creux de la sienne et y dépose un objet que je ne reconnais que lorsque Jiraya a retiré sa main : le bandeau de Konoha.

Malgré que cette scène me fend le coeur, je sens que le rêve prend fin et je juge préférable de couper le transfert. Je regarde ma montre, il est déjà 8 heures. La scène me paraît beaucoup plus courte, mais en y réfléchissant bien, il est vrai que lorsqu'une personne dort, le temps du rêve est beaucoup plus lent que celui de la réalité. Ou est Sakura ? Je décide d'éveiller Tsunade toujours endormie.

- Tsunade !
- Orochimaru, murmure-t-elle dans son sommeil.
- Tsunade-sama, réveillez-vous, prononcé-je en posant ma main sur son bras. Vous bavez…

Peu à peu les yeux de l'Hokage s'ouvrent. En me voyant, elle se redresse brutalement en poussant un cri de surprise, me forçant à retirer ma main de son bras.

- Qu'est ce que tu fais là ? s'étonne-t-elle.
- Je suis venue pour l'entraînement…
- L'entraînement … oui bien sûr. Où est Sakura ?
- Je ne sais pas.

Quelqu'un toque à la porte.

- Entrez, ordonne Tsunade.
- Pardonnez-moi du retard, s'excuse Sakura d'une voix gênée en entrant dans le bureau. J'ai croisé Kakashi…

Un sourire triste se dessine sur mon visage. Kakashi a un don pour mettre les gens en retard…

- Ça ne fait rien, déclare Tsunade dans un soupir. Suivez-moi.

L'Hokage se lève de sa chaise maladroitement et sort de la salle, Sakura et moi sur ses talons. Nous arrivons dans une pièce éclairée dans laquelle sont rangés plusieurs livres traitant probablement la médecine. Plusieurs plantes de variétés différentes sont posées sur une grande table en bois ainsi que quelques vieux bouquins empilés les uns sur les autres.

- Je vais vous enseigner les bases de la médecine, entame-t-elle. Il est possible que je sois interrompue pour diverses raisons, je vous demanderai donc de suivre sur les livres posés sur la table.

Sakura et moi acquiesçons d'un vif mouvement de la tête.

- Bien, asseyez-vous.

Nous obéissons. Tsunade consacre de longues heures à nous montrer de nombreuses combinaisons des plantes médicinales et leurs effets. Je réussis à retenir la plupart de celle-ci. Sakura a posé de beaucoup de questions durant toute la matinée, quant à moi, je me suis contentée de suivre attentivement tous les faits et gestes de notre mentor et de boire toutes ses paroles.
Quatorze heures arrivant, Tsunade nous annonce le programme de l'après-midi. Notre entraînement va consister à accroître notre puissance physique en usant de notre chakra. Ma camarade et moi nous exerçons durant des heures entières afin de maîtriser parfaitement notre force naturelle.
Il fait déjà nuit lorsque nous nous arrêtons de travailler pour cette dure et longue journée. Je quitte le bureau de Tsunade et rentre me reposer la tête remplie de nouvelles connaissances. Cette nuit, je réussis à dormir sur mes deux oreilles. Je n'ai effectué aucune mission jusqu'à présent, mais dès qu'une piste menant à Sasuke apparaîtra sous mon nez, je n'hésiterai pas à sauter sur l'occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Blaze
Admin
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 10/06/2013
Age : 21
Localisation : Mystère.

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Dim 1 Juin - 1:56

Helijho a écrit:
Tu as....


Une longue langue!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I was born for your happiness   

Revenir en haut Aller en bas
 
I was born for your happiness
Revenir en haut 
Page 3 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Friends Of Pain :: Le Coin de Détente :: Vos Créations :: Fictions-
Sauter vers: