Friends Of Pain

Les Warriors Of Darkness renaissent de leurs cendres, plus fort, plus soudés que jamais. FoP est une Team MH3U et MH4.
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 I was born for your happiness

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Mer 3 Sep - 21:54

Ah.
Moi sans plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Helijho
Membre
avatar

Messages : 409
Date d'inscription : 04/04/2013
Age : 21
Localisation : Paradis de la mort

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Sam 6 Sep - 11:57

Bien le HS adci?

_________________
Si vous me voyez dans la rue dites moi bonjour ça vous évitera de mourir brutalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Sam 6 Sep - 12:04

+1.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Sam 6 Sep - 12:07

Allez, la sweet.




I was born for your happiness
Souvenirs



Chapitre 6 : Renversée


Quatre mois auparavant, nous avons recueilli Kirino Kaliachi avec les troupes de Kumo sur les talons, de grâce, nous sommes parvenus à les semer, nous étions dix échappés : moi, Kaliachi, Emon et huit autres hommes. À vrai dire, j'en avais prévu moins…
Notre invitée est une femme quelque peu maladroite dans ses propos et qui n'affiche aucune courtoisie sauf en ma présence. Comme je lui trouvais des talents en médecine, je l'ai placée en assistance à Kabuto, espérant faire avancer les recherches.
Ceci étant fait, il ne reste plus que Seiko. J'ai appris par mon bras-droit qu'elle s'est absentée quelques temps et qu'elle reviendra sous peu. Kabuto est à Konoha maquillé en simple villageois, se fondant dans la masse comme il sait le faire. Il me tient au courant de l'évolution des choses, en particulier la politique. Ayant gardé Danzō en contact, il m'est devenu simple de changer Konoha administrativement en offrant à ce vieux sénile un plan pour obtenir le pouvoir qu'il a finit par avoir plus ou moins. Connaissant sa philosophie pour avoir travaillé sous ses ordres dans le passé, je savais bien que Konoha subirait un changement radical. Il demeure un bon dirigeant malgré tout ; il n'est pas devenu Hokage, mais prend place parmi les conseillers et il a réussi à plonger Konoha dans une crise sociale en lui offrant toute fois une explosion militaire, cependant, il se trouve que les opposants au régime de Tsunade sont exécutés sans délai, ce qui m'étonne grandement de la part de mon ancienne camarade. Mais surtout… je crains pour la vie de Seiko. Il était convenu avec Danzō qu'elle vienne à moi, et la connaissant pour le peu de fois que je l'ai croisée, elle ne suivra probablement pas la foule et sera condamnée à mort dans l'immédiat. Malheureusement, je ne sais pas où elle se trouve actuellement. Il va falloir que j'ordonne à mes espions placés aux quatre coins du monde de se renseigner sur ce sujet avant son retour à Konoha. Je ne peux pas deviner les intentions de Danzō, mais il a du comprendre que si je lui demande Seiko, c'est qu'elle renferme une puissance séduisante. Plus le temps passera, plus cette puissance sera convoitée par les nations, et enfin, ce sera un prétexte parfait pour une guerre qui ne tarde pas à se déchaîner… Hokage, Mizukage, Tsuchikage, Raikage, Kazekage… tous risquent de s'affronter avec une armée de milliard de soldat derrière eux. L'Akatsuki s'y mêlera probablement et nous aussi. L'élimination de cette puissance serait un signe de baissez-les-armes, donc certains verront la paix en premier et tenteront de se débarrasser de Seiko par n'importe quel moyen, d'autres se focaliseront sur l'obtention de son pouvoir. Et elle dans tout ce conflit… que peut-elle faire ?
Assis sur mon fauteuil, le poing contre ma tempe, je réfléchis, fixant la danse obscure d'une flamme.
Deux solutions s'ouvrent à elle afin d'éviter une guerre, la pire étant la mort. La meilleure serait de vivre à l'écart du monde et cesser toute activité qui pourrait attirer l'attention car elle s'est déjà forgée une identité reconnu par tous. On dit qu'elle a épousé le ciel. De toutes façons, si je veux déclencher une guerre, je suis servi : j'ai en ma possession Sasuke et bientôt Seiko.
Je me lève en soupirant longuement.
Quoiqu'il en soit, je ne peux pas la laisser entre des mains autres que les miennes.

Pour en revenir à la situation actuelle, le mieux serait d'être à Konoha avant elle, mais ne sachant pas quand elle reviendra, je ne peux pas me permettre de quitter ma place pour l'attendre un mois. Au pire des cas, Kabuto peut toujours s'en charger, bien que je préférerais prendre les rennes.
Il ne manquerai plus qu'elle accepte de servir Tsunade !

Un mois plus tard, après avoir donné l'ordre à mes espions de rechercher Seiko dans leur village respectif, je reçois deux réponses sous forme de lettres issues Kiri : la première indique qu'elle est au village de la Brume, la seconde qui est arrivée quelques heures plus tard précise qu'elle est partie pour Konoha hier. Elle y sera dans sept jours… Tout va bien. Je suis à une journée. J'ordonne tout de même à Kabuto de veiller sur l'évolution des choses, et, n'ayant plus à me soucier de l'avenir, je me concentre plutôt sur mes recherches tout en étant assisté par Kaliachi.

Kabuto rentre le lendemain soir avec sur son visage une expression angoissée. Que se passe-t-il ? Il est censé rester à Konoha attendre Seiko, pourquoi revenir maintenant ?

- Eh bien… qu'est-ce qui ne va pas ? fis-je en le voyant s'avancer vers moi d'un pas hésitant.
- Il y a un problème, Orochimaru-sama…

Je dévisage mon bras-droit d'un regard attentif, attendant la suite.

- Seiko est rentrée plus tôt que prévue, entame-t-il. Je… je n'étais pas au courant. Hier soir, je passais dans la place publique quand je l'ai aperçue sur l'échafaud et…

Je ne lâche pas Kabuto du regard, devinant facilement ce qu'il s'est déroulé.

- Tsunade… Tsunade a pris l'épée du bourreau folle de rage après que Seiko lui ait crachée son sang à la figure et l'a exécutée. Je n'ai rien pu faire… pardonnez-moi.

Je ne dis rien, secoué par cette nouvelle déroutante, bien que je m'y attendais.

- Mais j'ai ramené quelqu'un d'autre ! s'exclame-t-il comme pour se rattraper. Comme je sais que vous avez besoin de personnes pour la suite des événements, je…

Une silhouette se détache de l'obscurité. Une jeune femme de l'âge de Kabuto s'avance, puis me salue en souriant.

- Je vous présente In…
- Le lot de consolation, c'est ça ? coupé-je. Tu te fiches de moi…
- Euh…
- Je t'ai demandé d'amener Seiko ici ! explosé-je. Surveiller une putain de porte ne réclame pas tant d'efforts que cela ! Et les villageois sont prévenus lors d'une exécution, où étais-tu ?
- Orochimaru-sama, essaie d'apaiser In-machin. J'imagine que vous deviez tenir à Seiko-san, mais je vous assure que je ferai de mon mieux pour me rendre utile… je sais guérir des blessures, Kabuto-kun me l'a appris.
- Où étais-tu ? répété-je en tentant de garder mon calme.
- Les villageois qui assistent à l'exécution sont les passants, répond-il.

Je plonge mon regard dans le sien… Décidément, c'est qu'il me prend pour un véritable imbécile !

- Et tu t'imagines que je vais gober ce que tu bafouilles ? Mens-moi encore une seule fois et j'éventre ta petite protégée sur-le-champ.
- Son père était malade, lâche-t-il enfin. Il ne s'en est pas remis et elle m'a demandé de lui apprendre les techniques de soin pour tenter de sauver la vie d'autres personnes.

Je regarde la gamine qui s'est planquée derrière Kabuto.

- Je vous en prie, Orochimaru-sama… lorsque j'ai appris que l'exécution de Seiko allait avoir lieu, j'ai accouru. Ne lui faites pas de mal…
- Tu as un sacré culot ! De un, tu m'apprends que tu n'as pas réussi à amener Seiko et qu'elle a été exécutée. De deux, tu me présente une gosse qui sortie de je-ne-sais où en t'imaginant qu'elle la remplacera, et de trois, je dois te tirer les vers du nez pour que tu m'avoues que tu t'occupais d'apprendre à cette fille de… phacochère agonisant à utiliser des techniques de soin au lieu de te concentrer sur la mission urgente que je t'ai confiée !

Cette énumération ne fait qu'amplifier ma frustration au point que des envies malsaines me montent à l'esprit. Je fixe intensément la femme, toujours derrière Kabuto, osant affronter mon regard… jusqu'à ce que son ventre se déchire.

- Non ! s'écrie Kabuto en se retournant et en réceptionnant sa protégée dans sa chute. Vous avez dit…
- Éloigne-toi d'elle et regarde-la. Tente une seule fois de lui venir en aide et je te fais le serment que tu finiras comme elle. Ses points vitaux ne sont pas touchés, elle mourra dans quelques minutes par perte abondante de sang. Regarde-la bien, Kabuto. Ne ferme pas les yeux.

Il dépose le futur cadavre sur le sol et s'éloigne, docile à ma volonté. Il tente toutefois de masquer le léger transfert d'énergie vitale, en vain. Je perçois toute forme de chakra. Kabuto ne fait que lui sauver quelques secondes de vie, rattrapées par la mort, en agissant ainsi. Alors je le laisse faire. Il finit par comprendre que ses tentatives sont vaines et s'arrête, muet, face à l'agonie de sa protégée.

- Nettoie-moi ça, ordonné-je une fois son dernier soupir achevé.

Sachant qu'il m'obéira, je tourne les talons. Kaliachi me regarde avec des yeux choqués.

- Et qu'on ne me dérange pas, ajouté-je en me dirigeant vers les escaliers qui mènent directement à mon bureau.

Je passe le reste de la soirée à mélanger les alcools. Vin, cydre, sake, whisky, rhum… jusqu'à ne plus avoir assez de force pour tenir debout, complètement avachi sur mon fauteuil, me tournant au ridicule avec ma coupe et mes bouteilles vidées par l'ivresse. Je regarde le placard ouvert rempli de nouveaux récipients contenant un liquide noir, rouge à la surface, mais la force me manque.
J'avais tout planifié… c'était parfait ! mais il a fallu que mon imbécile de bras-droit aille fourrer son museau ailleurs. Tout s'écroule comme un souffle sur un château de cartes. C'était certes une opération délicate, mais elle tenait la route. Jamais je ne m'imaginais échouer aussi lamentablement ! J'ai sacrifié des journées entières de recherches et d'entraînements, étant persuadé que tout avancerai comme sur des roulettes… Mais non.
Je remarque avec joie qu'il reste une bouteille de vin à moitié remplie ; je me penche alors pour l'attraper, manque de chuter, la renverse et regarde avec désespoir ma boisson favorite s'étaler sur le sol. Je me redresse alors en grondant, observe le décor danser sinistrement devant mes yeux, ferme mes paupières et m'endors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Adci
Admin
avatar

Messages : 293
Date d'inscription : 01/04/2013
Age : 18
Localisation : In my life ~

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Sam 6 Sep - 14:00

Quel HS ?
Je vois pas de quoi tu parles.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Sam 6 Sep - 19:41

Vilain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Helijho
Membre
avatar

Messages : 409
Date d'inscription : 04/04/2013
Age : 21
Localisation : Paradis de la mort

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Dim 14 Sep - 11:38

J'ai loupé un truc je crois mais depuis quand Seiko se fais tuer?
Flashback au prochain chapitre?

_________________
Si vous me voyez dans la rue dites moi bonjour ça vous évitera de mourir brutalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Dim 14 Sep - 14:48

Oui.
Surpris, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Helijho
Membre
avatar

Messages : 409
Date d'inscription : 04/04/2013
Age : 21
Localisation : Paradis de la mort

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Dim 14 Sep - 19:49

Je m'attendais à tout sauf à ça

_________________
Si vous me voyez dans la rue dites moi bonjour ça vous évitera de mourir brutalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Dim 14 Sep - 19:53

Bien, le chapitre 27 !


I was born for your happiness
Souvenirs



Chapitre 27 : Déchéance


Sai ne m'a pas répondu, il s'est contenté de préparer ses affaires en silence. Tout comme moi, d'ailleurs. Avant de mettre les voiles, j'ai déniché un endroit rempli de fleurs, parmi elles se trouvait une violette que j'ai cueilli en songeant à Anko. Sur le chemin de retour, Sai m'a appris à monter à dos d'oiseau d'ancre, certes, mais à dos d'oiseau, ce qui nous a permis de nous rendre plus rapidement dans la contrée du Feu et j'en ai ainsi profité pour admirer le paysage, seulement, ce mal à aise ne disparaît pas…
Enfin, ce n'est rien !
Nous volons en direction de l'ouest, jusqu'à ce que Konoha apparaisse. Je souris, ravie de retrouver mon village natal, en plus, Tsunade va pouvoir s'occuper de mon cas.

- Nous y voilà, prononce Sai avec indifférence.

Son oiseau perd de l'altitude, je le suis alors jusqu'à se poser. Contrairement à lui, j'attends que ma monture ait touché le sol pour descendre en toute sécurité ; mon compagnon annule ensuite la technique. J'entame la marche, plus pressée que lui de raconter mon aventure à mes amis, mais lorsque j'atteins les portes du village… je laisse passer Sai devant.

- Qu'est-ce qu'il y a ? questionne-t-il.
- Rien… rien du tout…

Les rues désolée gémissent dans un vent tiède. Les murs, dotés d'hideuses cicatrices, semblent dévorer le sol de leurs racines salies par le temps alors que le village ressort à peine de sa période de construction. Le gravier craque tel des os sous nos semelles. Nous traversons les allées désertes en silence, et, à ma grande surprise, j'aperçois un homme, dont le visage tanné par la saleté, assis sur le sol. Un… mendiant ? C'est la crise ? Je m'approche alors de lui afin de l'interroger sur la situation du village.

- La misère a fait son nid depuis que Danzo est au pouvoir…
- Danzo ? C'est qui ?
- Le chef de la Racine.

Maintenant qu'il le dit, je me souviens effectivement de cette personne…

- Tsunade-sama lui a laissé sa place ? m'étonné-je.
- Oh, gémit-il. C'est bien plus compliqué que ça… elle a fait de lui son bras-droit et exécute tous ses conseils. Certains shinobi ont manifesté leur mécontentement et se sont retrouvés la nuque sous le sabre ou la corde autour du cou…

Ces dernières paroles me remplissent d'effroi… Une dictature… c'est une dictature !

- Qui a été exécuté ! m'empressé-je de demander.
- Euh… je ne sais pas…
- Décrivez-moi un visage, n'importe quoi !
- Je ne sais pas du tout… désolé. Je vous ai tout dit. Je sais seulement qu'une énième aura lieu aujourd'hui.
- Qui !
- Je ne sais pas.
- Où !
- Sur la place publique.
- Quand !
- Dans quelques minutes…

Sans prendre le temps de lui poser le comment et le pourquoi, je me dirige en courant vers le lieu indiqué par le mendiant, oubliant Sai. Je regrette soudainement de ne pas avoir remercié l'homme qui m'a renseigné… Tant pis ! Je dois empêcher une nouvelle catastrophe !
J'arrive enfin à la place, complètement essoufflée, faisant face au dos d'une foule monstrueuse. Un nouvel édifice a été aménagé : une estrade… une potence. Du moins, c'est ce que j'arrive à voir. Jiraiya n'est pas là pour me porter sur ses épaules, alors je me hisse sur une cage en bois et aperçois Danzo, Tsunade, les deux anciens, un homme cagoulé au pied d'un levier et deux ninja ayant pour prisonnier… non, pour prisonnière… An…

- Anko !

Son nom s'est échappé de ma gorge ! Les deux gardes poussent mon professeur en direction d'une corde pendant à un horrible poteau en bois délabré. Que faire… Mais que faire !
Elle semble m'entrevoir avant qu'on lui enfile un sac sur la tête, puis on la guide vers la potence, on glisse la corde autour de son cou. Tsunade donne un ordre, on actionne le levier et… et…
Oh…
Mon Dieu…
Non…

- Et voilà ! hurle la voix de Tsunade une fois que le corps d'Anko ait cessé d'effectuer tous mouvements. Un dixième exemple pour ceux qui n'ont pas encore compris que j'agis pour le bien du village ! Pourquoi vous opposez à moi alors que je fais mon maximum ? Parce que ces opposants ne sont que des traitres !

Après ses paroles, la foule hurle. Est-ce de la contestation ? Au pire des cas, c'est une approbation ! Des applaudissements…
Je ne peux pas supporter…
Mon corps bouge tout seul. Je m'élance en direction de l'estrade où pend le corps sans vie d'Anko, bouscule hommes, femmes et enfants, sors un kunai et me précipite sur l'Hokage corrompue… mais je n'ai le temps que de monter quelques marches qu'un crachat de sang émerge de mes poumons. Je tombe à quatre pattes, aux pied de Tsunade, à la vue de tout le village, une douleur effroyable me déchirant les entrailles. Je m'empêche fermement de hurler, mais je ne peux me retenir de régurgiter le peu que j'ai dans le ventre.

- Garde ! Arrêtez-la, commande Danzo.

Je lève les yeux ; mon regard croise celui de Tsunade… qui n'est pas Tsunade… ce n'est pas elle… jamais elle n'aurait fait une chose pareille et jamais elle n'a eu ce sale rictus bien masqué sur ses lèvres.
Des hommes habillés de gris me relèvent par les bras. Je tente de me dégager, n'appréciant pas du moins leurs mains sur moi, en vain, il finissent par lier les miennes dans mon dos, utilisant des chaînes spéciales qui semblent absorber toute énergie. Je ne peux rien faire, pas même restée éveillée.
Lorsque mes esprits me reviennent, je me retrouve dans une salle mal éclairée, attachée à une chaise par les mêmes liens qui encerclaient mes poignets dernièrement. Mes sens sont encore endormis, mais je parviens à distinguer cinq personnages… non, six, ou sept. Oui, ils sont sept et parmi eux : Sakura. Sa chevelure rose n'échappe à personne. Je finis ensuite par reconnaître Tsunade, Kakashi, Danzo… Sai, et les deux anciens.

- Tu te réveilles enfin, fait la voix grave de l'homme couvert de bandages. Je suis Danzo, le chef de la Racine. Mais tu le sais déjà.

Je ne réponds pas, trop affaiblie pour prononcer quoique se soit…

- Tu sais, entame-t-il, les personnes ayant mis en œuvre un acte comme le tien sont exécutées, mais étant donné que tu n'est pas au courant de la situation actuelle, je vais me montrer tolérant.
- Tout d'abord, réussis-je à articuler, dites-moi qui sont les neufs premiers…
- Les neufs premiers ?
- Shikaku, Ino, Asuma, Gai aussi, Shizune, le duo de l'entrée du village et les deux autres, tu ne les connais pas, liste Tsunade.

Je jette un regard sur Sakura. Elle parait gênée, quant à Kakashi, un masque d'impassibilité lui recouvre la face.

- Nous te laissons une chance de te racheter, continue le vieillard caché. Il te suffit de rejoindre la Racine.
- Les personnes les plus démunies financièrement obtiendront un salaire satisfaisant en intégrant la Racine.
- Si tout le village s'engage militairement, vous n'aurez plus de quoi les payer, soufflé-je à Tsunade. À moins que vous ne piochiez dans les villages voisins…
- C'est juste, répond-elle. Nous procéderons aux pillages lorsque les moyens nous manquerons. Nous trouvons aussi l'argent chez les villageois aisés qui acceptent de faire don d'une partie de leur salaire afin de payer les soldats qui défendront Konoha en tant voulu.

Je comprends… ils comptent augmenter leur puissance militaire en investissant toute la population. Tsunade évoque la défensive… mais moi je vois aussi bien l'offensive. Prépare-t-elle une guerre ? Non… ce ne serait pas logique de se débarrasser des meilleures forces de Konoha.

- Vous avez un fort potentiel, Mademoiselle Matsuda, me vouvoie soudainement Danzo. Il serait dommage de ne pas le mettre au service de notre nation.

Je le fixe de mon regard sombre, réfléchis longuement, puis me souviens des dernières paroles d'Iruka. Il disait ne pas servir Konoha, mais ce qui lui semble juste et bon, or, ici, aboutir à une dizaine de peines de mort en quelques mois n'est pas ce qui me parait une solution diplomate, d'autant plus que ses personnes étaient adorées de tous… Shizune… le bras droit de Tsunade… gentille comme tout… décapitée. Ino, la jeune fille aux fleurs, détestable par moment, mais adorable la plupart d'entre eux. Exécutée. Asuma, le fils du Troisième n'a pas eu le temps d'être père et laisse derrière lui une femme aimante, pendu… tous… tués… tous !

- Et je serai la prochaine, murmuré-je.
- Tu as dit quelque chose ?
- Kakashi… cette fois-ci, c'est Gai-sensei qui prend le dessus sur vous.

Il réagit. Je continue alors :

- Il a eu plus d'audace que vous, tout comme Ino en a eu plus que Sakura. Tsunade, Danzo. Faites de moi ce que vous souhaitez, mais je m'oppose formellement à vous. Menacez-moi de mort si cela vous chante, je ne serais pas atteinte.
- J'en conclue donc que tu nous trahis.
- Je n'ai jamais été de votre côté.
- Je vois… ce soir.
- Tsunade-sama, intervient Danzo, vous ne devriez pas précipiter les choses.
- J'ai dit : ce soir. Ce soir, demain, dans une semaine, dans un mois, je ne vois pas ce que ça change, mis à part une poussière en plus qui en attira d'autres, alors un grand coup de balais, et c'est réglé.
- Mais…

Elle lui lance un regard à faire courir les frissons le long de l'échine. Je tousse du sang. Après tout, j'en aurai bientôt fini…

- Si tu veux savoir ce que tu as, lance l'Hokage, ce sont tes cellules spéciales qui s'entretuent, tu sais, celles qui sont offensives et défensives… Elles attaquent tous corps étrangers et familiers, mais lorsqu'il n'en restera plus assez pour défendre ton système immunitaire, tu mourras.
- C'est un cancer du sang, j'imagine…
- En quelques sortes, sourit-elle. Bien… à ce soir, Seiko !

Et elle s'en va avec Danzo, Sai, les anciens et Kakashi sur les talons. Seule Sakura demeure. Elle me considère de son regard d'émeraude impur, je la fixe du mien, sombre et malade.

- Eh bien… qu'attends-tu pour la suivre ?
- Il faut que tu acceptes leur proposition, Seiko.
- Une fois qu'il m'auront pendue, peut-être, mais c'est eux qui me rejoindront. Je me débrouillerai pour les entraîner avec moi.
- Comment comptes-tu t'y prendre ?
- J'improviserai, comme toujours…
- Tu es ridicule.
- 'M'en fiche.
- Seiko ! Tu vas te faire tuer ! J'essaie simplement de te sauver la vie !
- Bah… sauve d'abord la tienne avant de t'occuper de moi. Je suis condamnée, de toutes façons. Tu as entendu Tsunade ? Une mort rapide et honorante contre une mort lente et lâche. J'ai fait mon choix. Quant à toi, tu meures sans même t'en rendre compte.
- Tu me dégoutes…
- Pas plus que toi…

Elle me fixe, le cœur rempli de colère.

- Tu peux me regarder comme tu veux, Sakura, tu ne m'impressionnes pas, souris-je en lui ressortant cette ancienne phrase.
- Tu…
- À ce soir, Haruno Sakura de Konoha…

Elle tourne les talons et s'en va d'un pas lourd avant de claquer la porte derrière elle.
Je lâche un long soupir, ma gorge se noue, mes yeux se remplissent de larmes que je laisse couler silencieusement, les dédiant aux personnes avant moi… Un élan de sentiments s'emparent de mon cœur, une haine intense, une tristesse profonde et un goût nauséabond de la vie naissent. Je veux mourir, en finir, une fois pour toute… je n'ai plus rien à perdre. Je tousse mais garde le sang dans ma bouche, je tousse, encore et encore, jusqu'au soir, jusqu'à ce qu'on viennent me chercher me placer devant la foule, mains et poings liés. Un homme, le même, cagoulé, attend patiemment ma venue, un sabre en main. J'observe la coupe transversale d'un tronc d'arbre comblée de sang encore chaud. Tsunade se tourne vers le village, commence un discours, et, dans la marrée de pauvres moutons clamant mon exécution, j'aperçois Iruka. Il disparaît dans un battement de paupières. Je lève alors les yeux et vois une chouette aux allures spectrale perchée sur un arbre mort.

- Tu as quelques chose à dire, Seiko ? fait la voix de Tsunade. Une dernière parole ?

C'est le moment que j'attendais ! Je me place alors face à elle avec le mécontentement des gardes. Elle leur ordonne de ne rien faire pour le moment, le sourire aux lèvres. Je la fixe longuement, puis lui crache au visage tout ce que j'ai accumulé dans ma prison.

- Vous pouvez y aller, maintenant, Tsunade. Je suis prête, souris-je.

Folle de rage, elle m'entraîne vers le rondin de bois et s'empare de l'arme du bourreau.

- À genou ! Salope !

Je jette un dernier coup d'œil au village autrefois le mien, puis dirige mon attention sur Sakura, placée non loin. Je la fixe intensément avant d'obéir, satisfaite de mon acte. Quelque chose tombe de ma poche. Ce doit être la fleur d'Anko… Je n'attends pas l'ordre de Tsunade pour poser sagement ma tête sur le support funeste. Je ferme les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Helijho
Membre
avatar

Messages : 409
Date d'inscription : 04/04/2013
Age : 21
Localisation : Paradis de la mort

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Dim 14 Sep - 20:15

"Shikaku, Ino, Asuma, Gai aussi, Shizune"
Comment as tu osé tué toutes ces personnes et Seiko???? :O
OMG je suis mortellement choqué j'en reviens pas ><

_________________
Si vous me voyez dans la rue dites moi bonjour ça vous évitera de mourir brutalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helijho
Membre
avatar

Messages : 409
Date d'inscription : 04/04/2013
Age : 21
Localisation : Paradis de la mort

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Dim 14 Sep - 20:19

Dis moi que c'est encore un gengutsu

_________________
Si vous me voyez dans la rue dites moi bonjour ça vous évitera de mourir brutalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Dim 14 Sep - 20:19

Et Anko. Oui j'ai osé... :$
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Dim 14 Sep - 20:19

Tu veux la suite ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Dim 14 Sep - 20:21

Mais je t'avoue que les choix étaient difficiles. Je projetais d'inclure Rock Lee et Shikamaru à la place de Shikaku, mais ça aurait vraiment été trop sadique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Dim 14 Sep - 20:38

Enfin, 'faut pas croire, il y a une suite.
CE N'EST PAS FINI !
Bien mon DTP ?

I was born for your happiness
Souvenirs



Chapitre 28 : Rechiku et Nechiku


Le sifflement de la lame ne tarde pas à s'abattre sur ma nuque, je l'entends fuser avec rage. Les yeux clos, attendant mon heure, ou plutôt, ma seconde, je reste immobile… mais il ne se passe rien. Quelque peu intriguée, j'ouvre mes yeux : la chouette n'est plus là. Une plume blanche tombe légèrement en direction du sol. Je n'attends pas qu'elle l'ait atteint pour me retourner. Un homme habillé d'un haut-de-forme peu commun et d'un manteau violet qu'il porte sur les épaules est intervenu, arrêtant in extremis le bras de Tsunade. Un second un peu semblable apparaît de nulle part à ses côtés. Ah ! Les deux étranges personnages de la dernière fois… et moi qui pensais ne pas les revoir… il faut toujours qu'ils viennent aux mauvais moments. J'étais prête ! Mais plus maintenant… l'Argenté repousse aisément le bras de l'Hokage, quant au Doré, il se charge de me relever par le bras, me serrant contre lui ; je ne résiste pas. Un tissu vert recouvre ma vision, effaçant l'expression paniquée des villageois, puis… le noir. Là, c'est un mon tour de m'affoler ! Un kidnapping ! Je suis victime d'un kidnapping ! Ou non… d'un sauvetage… mais dans ce cas, le mot victime est mal choisi.
Je suis toujours consciente, mais je ne vois rien, n'entends rien, ne sens rien… du noir, je… flotte. Il fait sombre, mais je ne me suis rarement sentie aussi bien, et en plus d'être en sécurité. La lumière ne tarde pas à m'éblouir malgré le faible intervalle de temps qui s'est écoulé, et le sol à toucher mes pieds. Devant moi s'étend un paysage étrange : un bâtiment sombre nous entoure, et derrière se dressent des montagnes noires et menaçantes ornées d'un magnifique levé de soleil. Je me tourne vers l'homme qui m'a amenée en ces lieux.

- Où sommes-nous ?
- Ceci est notre repaire, répond-il d'une voix à la fois douce et caverneuse. Mais je crains que cette question ne soit pas la première à poser.
- Qui êtes-vous ?

À cet instant, son semblable réapparaît à sa gauche.

- Nous sommes les démons d'or et d'argent, respectivement Rechiku et Nechiku ; Nechiku, démon d'argent, pour vous servir.

Rechiku et Nechiku… ou ai-je entendu ces noms ? Avec tout ce que m'ont fait lire Maman et Iruka, je ne m'y retrouve plus ! Mais le plus inquiétant, c'est qu'ils se qualifient de démons…

- Rechiku, démon d'or, pour te servir.
- Hum… Seiko… Seiko Matsuda… de Konoha… enfin presque… et plus maintenant.
- Non, plus maintenant, affirme l'Argenté. C'est ici que vous hébergerez durant deux hivers.
- Deux hi… deux ans !
- Sous notre formation, complète-t-il.
- Attendez, je ne vous connais pas… et vous dites être des démons, à mon service, certes, mais des démons… je ne peux pas vous faire confiance aussi rapidement.
- Penses-tu être plus humaine que nous deux ? tranche le Doré.
- C'est que…
- Rechiku et Nechiku, prononce-t-il. Les démons jumeaux, d'or et d'argent, n'émergent en rien de ta mémoire ?

J'écarquille les yeux, réalisant enfin le mythe qui se tient en face de moi.

- L'un compte le temps qui passe, l'autre annonce la mort, murmuré-je tout bas en me remémorant les lignes d'un bouquin. L'engrenage de la lune... La clé du commencement…
- C'est cela même.

Aucun doute : c'est bien d'eux qu'il s'agit ! Je n'arrive pas à le croire… Les identités qu'ils évoquent ne sont autres que des contractions ; leurs véritables noms reposent sur Moshirechiku et Kotanechiku formés respectivement de Moshir, soit pays, et Kota pour Village, tout deux aussi composé de Chikapu, signifiant hibou. Donc littéralement le pays du hibou et le village du hibou. On peut penser que la chouette connote en quelques sorte le hibou, ce qui peut éventuellement expliquer la présence de ce rapace au plumage spectral, que je qualifierais à présent d'argenté, quant au second… je n'en ai jamais croisé.

- Je vous remercie de m'avoir tirée de cette fâcheuse situation, prononcé-je enfin. Qu'importe votre nature, mais j'apprécierai savoir pourquoi, sachant que ce n'est pas la première fois que je vous croise.
- Nous te protégeons des griffes de la mort, répond Rechiku.
- Pourtant, lorsque j'ai faillit mettre à mort trois hommes, c'est plutôt leur vie que vous avez sauvé.
- La foudre que tu t'apprêtais à lancer aurait été tellement dévastatrice qu'elle t'aurait touchée mortellement, puisque tu te trouvais relativement près d'eux.
- Je vois, soufflé-je, exaspérée par mon imprudence.
- Nous vous avons amenée ici afin de parfaire vos aptitudes et de vous enseigner notre savoir, annonce Nechiku.
- Je souhaite juste connaître mes origines et sauver Konoha de Tsunade et de Danzō avant de quitter ce monde…
- Que feras-tu en premier ?
- Je ne sais pas, avoué-je en baissant les yeux.
- Le temps t'est comptée, tu le sais, continue Rechiku. Mais nous sommes dans la capacité de le modeler à notre guise.
- C'est-à-dire ? Vous pouvez faire tourner les aiguilles d'une pendule dans un sens ou dans un autre ?
- Pas tellement, en fait. Nous contrôlons l'espace-temps, certes, mais ce pouvoir nous est limité. Exactement, nous pouvons accélérer le rythme du temps ou le ralentir à partir de la dimension dans laquelle nous nous trouvons actuellement.
- Je vois…
- Un jour ici peut compter pour une année dans le monde des humains et inversement, quelque soit l'unité, sans oublier que ton enveloppe charnelle évolue à l'échelle humaine.
- Je pense avoir compris…
- Nous allons donc le ralentir ici afin que tu puisses évoluer plus rapidement que les humains. Tu auras une formation de deux mois pour un résultat de deux êtes.
- Pour alléger les explications, intervient Nechiku, vous vous absenterez deux mois dans le monde des humains. Votre corps aura cependant vieilli de deux hivers, tout comme votre esprit.
- Donc ma maladie se sera aggravée entre temps.
- Non, votre maladie est une autre histoire sur laquelle nous ne pouvons vous renseigner, faute d'informations.
- D'accord… Quand commencerons nous ?
- Maintenant.
- Nechiku, pas de précipitation. Laisse à cette jeune fille un peu de repos.
- Mais elle ne peut pas être épuisée…
- Pense à ce qu'elle vient d'endurer.

L'Argenté reste silencieux durant quelques secondes… avant d'acquiescer d'un hochement de tête.

- Demain. Nous viendrons vous chercher demain.
- Fais comme chez toi, m'invite Rechiku avant de disparaître avec son frère.

Un coup j'ai l'impression d'entendre l'un alors que c'est l'autre qui parle. Leurs voix ne sont pas similaires, mais leurs caractères s'entrecroisent à un tel point que cela en devient sérieusement inquiétant. Je reste quelques secondes immobile, puis ose un pas en direction d'une porte de la pièce circulaire. Kuro apparaît soudainement dans ma pensée. Bon sang… il va me manquer, celui-là. J'espère qu'il ne va pas se faire attraper et tuer, puisqu'il est particulièrement spécial. J'ouvre la porte coulissante et tombe sur une pièce gigantesque et luxueuse. Un lit couvert d'une soie mauve m'attend patiemment, une bibliothèque, des armoires et commodes ornementées de toutes parts ainsi que des étagères composent la pièce et… une table de travail.
Eh bien… Quelqu'un frappe à la porte. Après avoir reçu mon accord, Nechiku entre accompagné de plusieurs sacs.

- On dirait que vous avez trouvé votre chambre, commence-t-il. J'ai aussi songé que ces choses vous seront utiles.
- Ce sont mes affaires de… de dessins, bafouillé-je.
- Oui, et j'ai emporté votre compagnon, fait-il en ouvrant un des sacs. Un entraînement avec lui est fortement envisageable.

Une petite tête pourpre jaillit d'entre les fermetures.

- Kuro, soufflé-je en m'avançant vers lui.

Émue, j'accueille le jeune serpent sur mon bras. Il s'empresse de rejoindre ma gorge et de s'enrouler délicatement autour avant de frotter ses écailles contre mes joues.

- Merci beaucoup…
- Avec, répond-il en se courbant. Vous trouverez dans ces armoires vos nouveaux habits, ceux que vous portez actuellement ne seront pas adéquats à votre évolution.

Il recule d'un pas à l'extérieur et ferme la porte derrière lui. Je me dirige alors vers le meuble désigné, tire une porte, puis la seconde, décroche un cintre suspendant un magnifique kimono de couleur noisette. Du moins, c'est ce qu'il semble être aux premiers abords, mais en fait, il est bien plus spécial : les manches ne sont pas présentes et le bas est coupé sur la jambe gauche offrant ainsi une certaine mobilité. Je le retourne et mon regard croise un soleil cousu au niveau sur la jambe droite. Un ruban d'un marron châtaigne vient entouré la taille formant un nœud de papillon dans le dos. Des lanières s'entrecroisent au niveau des omoplates. Je continue d'analyser le chef d'œuvre de toutes ses faces. Un pantalon noir, moulant mais souple, est accroché au cintre, en plus de manches en soie gris-pâle.
Je n'attends pas plus longtemps pour m'essayer à ces nouveaux atours, autorisant Kuro à glisser sur mon corps dénudé sans me gêner pour autant dans mes mouvements. J'enfile ensuite les manches, toutes deux serrées sous les épaules par une sorte de brassard, et l'une se termine par un bracelet étreignant mon poignet gauche, puis je dégage mes cheveux sombres encore à l'intérieur du vêtement. La tenue s'adapte parfaitement à ma morphologie. Je trouve dans l'armoire des bottes hautes marron foncé, presque noires, en cuir. Je gratte légèrement afin de m'assurer de la qualité : c'est du vrai. Les chaussures s'ouvrent au niveau du talon et des orteils, laissant un tissu traverser l'espace entre le gros orteil et les autres. La semelle a une épaisseur d'environ trois centimètres, me grandissant un peu…
En me tournant sur la gauche, j'aperçois un piano. Soudain, un flash : ma mère, assise, fait danser ses doigts sur le clavier, les premières notes m'atteignent, puis elle disparaît. Je me souviens… la musique me revient progressivement. Je m'avance alors, m'installe, me remémore la position convenable, caresse les touches blanches, puis noires. Je les teste ensuite, cherchant le son parfait. Elle ne m'a jamais apprise à jouer, mais à la place des histoires pour endormir, c'était du piano qu'elle me faisait écouter et je ne m'abandonnais au sommeil qu'une fois qu'elle eu fini. Je me souviens… je me souviens de la mélodie…
Mes doigts glissent sur le clavier. Lentement.
Une pression…
Une note.
Fluidité.
Je joue.
Tout me revient.
Le mouvement, la musique…
Tout.
Absolument tout…
Et les sentiments s'y mêlent. Puis les larmes… mais je ne m'arrête pas… je continue, savourant cette sensation froide sous mes doigts, ne me concentrant que sur la musique et les souvenirs, me fiant à mon oreille, nullement gênée par les mouvements de Kuro, oubliant mes problèmes et mes aisances, fermant les yeux, respirant la musique.
Plaisir, dégustation… triste bonheur… souvenirs…
Tout à coup, l'image de mon père. Je me lève brusquement, fixe l'instrument… puis grimace avant de fermer le piano et d'essuyer mes joues humides, émue. Je tourne les talons, m'approche de la bibliothèque et tire un livre au hasard afin de me changer les idées. Je le retourne et lis sur la couverture : « La métamorphose des matériaux - Volume 1 : Les racines de la matière ». Je m'allonge sur le lis et feuillette l'ouvrage en compagnie de Kuro qui s'agite sur les draps.

Je comble ma journée et ma nuit à m'instruire, à dessiner et à passer le temps avec mon fidèle ami reptilien.
Le lendemain, Rechiku et Nechiku viennent me chercher. Je sors alors de la pièce où je réside et les rejoints à l'extérieur.

- Seiko, nous allons comme convenu te transmettre notre savoir, commence le Doré. Durant tes quatorze étés, tu as vécu dans un monde de shinobi avant d'en devenir une à ton tour.
- Vous devrez délaisser cette voie pour vous orientez vers une autre où les règles sont différentes, continue son frère. L'entraînement dont vous avez bénéficié n'est pas approprié à vos capacités. Comme vous l'avez assurément remarqué, votre existence est un mystère complet aux yeux de tous, ainsi qu'aux vôtres. Depuis votre plus jeune âge, vous avez fait preuve de plusieurs caractéristiques qui vous différencie des autres : non seulement vous êtes capable de vous servir du Ninjustu, mais la plupart du temps, vous usez d'un talent inné rarissime : le Majustu, l'art d'utiliser la magie.

Je le regarde, intriguée.

- Tu peux encore aller plus loin si tu le souhaites, complète Rechiku.
- J'ajouterais aussi que vous avez su, tant bien que de mal, maîtriser en quelque sorte cette puissance mystérieuse seule, comme ce que vous appelez le chakra lumineux et le chakra sombre qui n'est autre qu'une partie de votre magie. Il s'agit de magie blanche et noire ; en combinant ces deux styles, vous formez une magie noire extrêmement puissante lorsque vous savez vous en servir.
- Et vous m'aiderez à maîtriser cette magie ?
- La noire seulement. La blanche ne nous connait pas tellement, semble s'amuser Rechiku. Et notre magie noire, car il en existe plusieurs.
- L'espace-temps et la mécanique, entre autre. Comme la matérialisation de corps solides et le fonctionnement d'une machine.
- D'accord…
- Nous verrons aussi la fusion de la matière, ajoute son frère. Enfin… vous verrez bien au fil du temps. Vous vous instruirez un mois, exercerez vos connaissances acquises le mois suivant et vous recommencerez cette boucle durant un hiver. Le dernier se consacrera à l'application avec notre soutien. N'oubliez pas qu'il s'agit d'entraînements intensifs et que vous ne connaîtrez le repos qu'une fois retournée au monde des humains.

Cependant, une fois que je serai de retour là-bas, je ne pourrai pas tellement parler de repos avec ma maladie sur le dos… J'acquiesce tout de même, sans contester. Il va bien falloir que je me bouge.

- Bien, tu trouveras des références de qualités dans ta bibliothèque. Fais appelle à nous en cas de doute ou de confusion.

Bouquiner, c'est une de mes spécialités ! Je fais alors demi-tour, entre dans ma chambre, pioche dans les livres et me plonge dans les lettres…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Adci
Admin
avatar

Messages : 293
Date d'inscription : 01/04/2013
Age : 18
Localisation : In my life ~

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Lun 15 Sep - 17:36

Quadruple post.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Lun 15 Sep - 17:40

Oui, d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Helijho
Membre
avatar

Messages : 409
Date d'inscription : 04/04/2013
Age : 21
Localisation : Paradis de la mort

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Lun 15 Sep - 18:29

T'as osé vouloir mettre Lee et Sika mais t'es une vraie folle

_________________
Si vous me voyez dans la rue dites moi bonjour ça vous évitera de mourir brutalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Lun 15 Sep - 18:34

C'est maintenant que tu t'en rends compte ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Lun 15 Sep - 18:35

Mais bon, après, ça collait pas avec le scénario...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Adci
Admin
avatar

Messages : 293
Date d'inscription : 01/04/2013
Age : 18
Localisation : In my life ~

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Lun 15 Sep - 22:56

KOUKOU TF1

Bien la tueuse ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helijho
Membre
avatar

Messages : 409
Date d'inscription : 04/04/2013
Age : 21
Localisation : Paradis de la mort

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Mar 16 Sep - 15:14

Nan mais je le savais mais c'est pire que ce que je croyais :O

_________________
Si vous me voyez dans la rue dites moi bonjour ça vous évitera de mourir brutalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanfictive
Membre
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 20
Localisation : Là où il y a du wifi !

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Mar 16 Sep - 15:20

Mdr, lis la suite. :p
Oui, Adci, je tue les personnages de Kishimoto !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeuxvideo.com/profil/darknessia.html
Helijho
Membre
avatar

Messages : 409
Date d'inscription : 04/04/2013
Age : 21
Localisation : Paradis de la mort

MessageSujet: Re: I was born for your happiness   Mar 16 Sep - 15:24

Ouais je te la lis ce soir si j'ai le temps

_________________
Si vous me voyez dans la rue dites moi bonjour ça vous évitera de mourir brutalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I was born for your happiness   

Revenir en haut Aller en bas
 
I was born for your happiness
Revenir en haut 
Page 10 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Friends Of Pain :: Le Coin de Détente :: Vos Créations :: Fictions-
Sauter vers: